Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 22:49

 

 

 

Pause Rire: on en a besoin certains jours, plus que d'autres!

 

Pour Diane, et les autres: le sketch de l'inculture, qui justifiait aussi l'article du 21 janvier...

 

 

 

Pour Dominique, Dominique, et Dominique.....

Pour FS, X et tous nos amis musiciens....

 

 

Allez! Bonne journée!

 

à bientôt,

erminig

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:29

 

 

 

 

 

 

Célébration de l'Épiphanie: un petit tour ici et là...

 

 

 

Les rois mages traversèrent des contrées lointaines pour suivre l'Étoile et adorer le Sauveur du Monde.

 

Pourquoi ne pas s'arrêter un instant sur différentes traditions chez nos voisins?

Épiphanie à Kiev

Spectaculaire, en Ukraine, ces images nous rappellent celles du "Barbier de Sibérie", avec ces bagarres sous les murs de la ville.

Les rites du partage de la galette chez nous paraissent bien sages ...

Dans le monde orthodoxe, l'Épiphanie est célébrée le 19 janvier, avec la bénédiction des eaux. 


 

 

Quelque part en Russie:

Ici, par notre doux hiver,... j'avoue tout de même avoir besoin de quelques explications.... Si des amis russes pouvaient compléter par un commentaire...

Nous sommes donc à Moscou. L'eau est béniepar les prêtres; l'immersion rituelle purifie et permet d'abandonner les péchés de l'année passée. Le bain serait gage de bonne santé pour l'année à venir.


 

 

 

En Pologne:

 

Quand certains se piquent d'ultra-laïcisme, d'autres, traumatisés par le communisme, cherchent à retrouver leurs traditions, sans honte:

   

Les inscriptions à la craie sont également de tradition en Allemagne.
 "Sternsinger ", en Allemagne:
Les Sternsinger, littéralement les "chanteurs de l'étoile", habillés en rois mages, et accompagnés de leurs comparses, vont pendant deux jours fairent du porte à porte, dans toute l'Allemagne.
Tels des colporteurs, ils s'arrêtent devant chaque maison, leur transmettant bénédictions, voeux de bonheur pour la nouvelle année, et collectant des fonds pour des oeuvres caritatives en faveur de l'enfance.
Voici les Sternsinger de la paroisse Heiligenblut (du Précieux sang): ils passent devant les maisons, toute la nuit, et font parfois des pauses à l'intérieur pour y refaire leurs forces.

Un peu d'humour: 2150 Sternsinger rassemblés à Würzburg, et je cherchais une vidéo rapide...
Trouvé ici pour vous:
l'inscription au-dessus des portes:
les Sternsinger marquent leur passage à la craie, sur la porte d'entrée de chaque maison.
Christus Mansionem Benedicat:  "20 C+B+M 13 " avec une jeu de mots sur Caspar Melchior et Baltazar.
en Italie, c'st une sorcière bienfaisantre, à califourchon sur son balai, qui descend par la cheminée et distribue les cadeaux.
Les enfants désobéissants se contenteront de morceux de charbon.
Et pour finir, comment découper une couronne des rois, à la française: un petit tuto bien de chez nous!
Et puisqu'il est question de couroone, voici un curieux reportage:
les joyaux de la couronne de France
Joyeuse Épiphanie!

erminig


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 19:22

 

 

Cette page est la suite du pêle-mêle 22.

 

 

C'est le début de la cascade des voeux, avec pour nouveauté que dès le 2 janvier, les gens commencent à s'excuser... d'être en retard.

 

Déstressons: le temps de Noël n'est pas le temps du monde, le tempscommercial , où les galettes de l'Épiphanie apparaissent sur les étals avant la naissance du Roi, où tout disparaît sitôt "la fête finie".

 

Alors, nous allons continuer ensemble, en reprenant les mêmes: ce Noël, d'origine basque, harmonisé par un compositeur anglais.

Un petit faible pour le King's College de Cambridge, qui est le Choeur avec lequel l'Académie de Musique Sacrée de Saint Anne d'Auray fait des échanges réguliers.

 

 

 

 

et le même, avec Sting...

 

J'ai choisi l'interprétation dans la Cathédrale de Durham, et non celle sur un plateau de concert.

 

 

Et pour garder l'esprit "pêle-mêle", découvert sur le net:

Josh Garrels

 

De petits bijoux, respirant l'authenticité.

Vous savez que sur ce blog, on aime partager, partager nos découvertes.

Alors en ce début d'année, partageons autour de Josh Garrels.

 

MG va me tirer les oreilles: c'est en anglais.

Oui.

Mais je ne conais pas l'équivalent en français aujourd'hui...


 

 

Josh Garrels a reçu le prix de christianity aux US en 2011, pour son oeuvre musicale. 

Il témoigne de sa conversion, assez subite, à l'âge de 20 ans. 

Il a voulu resté indépendant pour produire ses disques, et c'est grâce au net et aux internautes qu'il a pu enregistrer.

Du point de vue musical, il est défini comme un musicien s'inspirant de la country et d'autres courants musicaux nord américain: sa sensibilité culturelle l'éloigne parfois un peu de nous.

Mais, ce qui nous touche, c'est la qualité de sa recherche musicale. A work in progress, c'est certain. Rien n'est dans la facilité. 

Dans la première vidéo, "words remain", ce que j'aime: la précision et la justesse de la voix, la msicalité de l'ensemble, le mot (comme en grégorien) qui porte la mélodie, le développement des harmoniques et la gestion du silence.

Pour une fois, on propose quelque chose qui ne relève pas de la démagogie adolescente, pour raccoler auprès des jeunes dans les églises, avec des groupes d'une qualité assez moyenne, porté aux nues parce que "chrétien".

Le site , avec les vidéos:

link

Et, pour le plaisir, deux vidéos dans le blog: "believe", une chanson du dernier album et un clip trouvé aujourd'hui, qui résonne curieusement en écho avec le thème du pêle-mêle 22...

believe:

 

 

 

The Sean In Between, un extrait:

 

 

Avec un peu de rapp. Choisi pour PM en particulier.

 

 

 

Pause découverte!

 

A demain,

 

erminig

 

 

 

 


 


 

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 17:32

 

 

 

 

 

IRHT stella

 

 

Chers amis, commençons par l'air du temps:

Bloavez mad!

Meilleurs voeux à tous

pour cette nouvelle année!

 

En ces derniers jours de vacances scolaires, un petit pêle-mêle, entre deux grippes maison...


 

 

 

2013: Entrer en résistance

 

Face aux dérèglements éthiques, sociaux, économiques , on se sent parfois bien impuissant. Que peut faire un individu lambda, un simple "citoyen" perdu dans la masse méprisée des politiques?

Les générations précédentes ont rmontré la voie: Résistance, résistance spirituelle, éthique, économique. C'est la masse de l'invisible qui vaincra par sa petitesse; cette vérité s'est vérifiée depuis le début du monde.

 

Résistance éthique:

 

Elle est non violente. Mais c'est un combat quotidien.

"Ne craignez donc pas: vous valez bien plus que des passereaux".

Dans ce combat titanesque où le mal est appelé bien, et le bien caricaturé en mal, il restera toujours la force du petit.

Goliath fut terrassé par David. Et le plus grand des solvants, capable de faire éclater les roches les plus dures, reste l'eau.

Alors pas d'illusion pour les adversaires: il y a les valeurs non négociables: l'attaque contre le plus petit, le plus faible, l'embryon.

 

Quelques voies d'action:

- Vous pouvez signer la pétition d'initiative européenne qui sera déposée au Conseil Européen.

Il suffit d'un million de signatures pour que la révision soit possible. Les signataires doivent appartenir au moins à sept pays différents de l'Union Européenne.

Signez.

Diffusez.

link

- le 13 janvier ,"LA" MANIF:

 

Tout le monde en parle. Vous recevez pour certains des mails tous les jours sur le sujet.

On ira. En famille. Mais pas derrière Frigide Barjot.

Je n'aime pas particulièrement la foule.

On se partagera sans doute: il y aura les visibles, ... et les invisibles, ceux qui resteront à prier pendant que marchent les autres.

Militons pour l'union entre chrétiens, et non pas la manipulation qui consiste à stigmatiser et jeter en pâture ses propres frères.

Quelques pistes de réflexion:

un exemple tiré du site du diocèse de Vannes: 

link


- Quelques actes logiques:

1°- je m'abonne ici:

link

et là, histoire d'être au courant et de ne pas participer, comme les collabos pendant la guerre, au génocide humain en cours depuis des décennies:

 

link

 

2°- et non, plus rien au Téléthon

C'est de la résistance passive, mais donner à un organisme dont l'essentiel des dons est affecté à la recherche sur les embryons, qui présente comme guéris des enfants qui sont issus d'un tri généthique et non guéris, non merci.

C'est aussi l'occasion lors des quêtes du téléthon d'exprimer auprès des quêteurs le POURQUOI de ce refus. Les années passées l'ont montré: peu sont au courant. Et c'est d'autant plus cruel que les quêteurs sont souvent touchés par la maladie dans leur entourage.

Téléthon = Trahison

 

Je peux donner par contre à un tas d'autres organismes, qui restent éthiques.

Comme ici:

 

link

ou à ceux qui se consacrent aux maladies orphelines, à la formation des enseignants de demain, aux missions dans le monde. Cela vous permettra de surfer et de chercher aussi sur le net, et d'y découvrir de magnifiques initiatives.

3°- made in R.P.C.

Traduction: made in république Populaire de Chine, et non d'un des 27 pays de l'U.E.

La situation est dramatique: la plupart des produits de la confection ou de l'informatique sont fabriqués dans des pays sans éthique. On y emploie à de très bas salaires une main d'oeuvre qui n'a aucun choix, sans scrupule.

Et la crise aidant, on a bien du mal à ne pas se laisser tenter par l'amoncellement de produits aux prix "défiants toute concurrence".

Même le matériel Montessori est envahi. 

Peu soulèvent le problème, si ce n'est quelques membres un peu écolos qui pestent contre la société de consommation.

Pourtant, les faits sont là.

Éduquer au quotidien les enfants à ne pas tout avoir, tout de suite , comme l'on en a envie, c'est exigeant, mais nécessaire. L'argument de la contribution passive au nouvel esclavage économique reste toutefois compréhensible.

Et pas celui qui consisterait à dire que les couches des bébés tuent la planète...

Pour aujourd'hui, on se contentera de lire cela, en sachant que la Chine cherche, pour comprimer les coûts de main d'oeuvre, à délocaliser au Bengladesh les usines textiles:

link

 

Bon.

Ce sera tout pour aujourd'hui!

 

Et encore à tous Bonne année,

 

erminig




 


 


 

 




 


 

 


Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:17

 

 

Récit de La Nativité: une crèche vivante made in USA

 

The Christmas Story

 

Merci à Anne-C. pour le lien transmis: I love really the really big star! and the sheep!

 

Bonne journée à tous!

erminig

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 00:45

 

      Bon: un petit temps de pause et je retrouve dans les bas-fonds des brouillons du blog ce pêle-mêle écrit il y a près d'un an, mais, au risque de paraître ridicule, que je ne jetterai pas aux oubliettes des corbeilles informatiques avant cette fin d'année 2012.

 

Alors on va faire du "replay", c'est à la mode.

Donc, voici l'égaré, le pêle-mêle n°14 bref... bonne lecture et à bientôt,

erminig

En écrivant ce pêle-mêle, j'ai l'impression de me promener en pas chassés, comme les enfants dans les parcs au printemps.

Ça y est, bonne nouvelle: le froid de l'hiver montre enfin le bout de son nez. Les églantiers en fleurs, les iris de sortie et les camélias en goguette, début janvier, c'était quand même la panique!

 

2012, c'est un peu la folie. 

Alors cet article va partir un peu dans tous les sens, mais ce n'est pas bien grave, vous sentirez le fil rouge entre les lignes.

Les parodies cathos de "bref"

petite découverte sur le net: les vidéos de la "Frassateam", qui, une fois regardées, ont un petit goût de trop peu, et sont un clin d'oeil à certains liseurs, jeunes et amis parents (le coup du pantalon d'hier, et du chewing-gum dans la deuxième vidéo, c'est un sourire complice assuré pour tout le monde...)

Bon, pour les plus tradis, il va falloir supporter vaillamment les petites impertinences d'erminig... (ce doit être le retour de l'hiver qui lui tape sur la tête...), et pour les moins 'branchés", on acceptera les reproches de ringardises etc...

Pas grave, on connaît déjà!

 

Bref... à bientôt,

erminig

qu'il faut enchainer avec:

puis avec cette troisième vidéo, et là, on a tout compris...

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 00:15

 

 

Si l'on ne donne pas de nouvelles....

 

 

Si l'on ne donne pas de nouvelles, ce n'est pas que rien ne se passe mais, bien au contraire que les priorités quotidiennes sont là, se succèdent, s'enchaînent, comme les heures et les jours...

Alors, en attendant un billet ples détaillé, voici un billet "coup de vent":

 

Sur le front, la leucémie:

On avance dans le traitement.

On lorgnant de temps à autre sur le calendrier: en avril, fin de la prise de chimio quotidienne.

On se dit "chouette, on tient le bon bout!".

Quelque part, c'est vrai, mais en même temps, belle douche froide chez l'onco à la dernière visite, qui rappelle que nous sommes simplement... au milieu du traitement. 

Bang.

On le sait, que c'est cinq ans, mais on espère quand même avoir laissé le pire derrière soir.

Ce qui est difficile: les passages en hôpital de jour (HDJ pour les initiés) où l'on rencontre les nouveaux, ceux qui viennent de "'débarquer" dans la maladie, et les anciens qui rechutent.

Vincent a grandi et a une plus forte conscience de la maladie.

Nous ne fuyons pas les autres. Mais nous nous protégeons: avant tout, quelque soit l'issue, garder le regard pointé sur la Vie.

Soins dentaires et leucémie: C'est simple et compliqué.

Un détartrage et un contrôle en tout début de traitement.

Et dans la mesure du possible, aucun soin pendant toute la durée des chimios, c'est à dire ici plus de deux ans. Cependant, il a fallu enlever 9 dents de lait  (sous anesthésie générale bien sûr) et la souris a dû prendre quelques détours pour un dépôt d'un cadeau plus volumineux que d'habitude...

Maintenant, ça va.

 

promenade spirituelle: VALAAM renaissance d'un monastère

 

Juqte une vidéo à partager, en ayant une pensée pour MG, pour l'intégralité de la vidéo; pour le passage concernant les vaches, nos amis se reconnaîtront; pour les cloches de la fête de la Trinité, et pour les offices nocturnes, d'autres encore sont dans nos pensées de partage.

De beaux témoignages.

Et la sérénité.

 

A plus et bonne balade,

erminig

 


 


 



 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 18:57

 

 

Pluie, pluie, et repluie...

 

Soyons honnêtes: c'est l'automne.

Les feuilles des arbres commencent à flamboyer.

Mais nous n'aurons pas d'été indien.

 

Les laryngites viennent de commencer, et le yoyo du thermomètre nous laisse un peu sceptiques sur les semaines à venir. Il ne fait pas bien chaud!

Ce pêle-mêle part un peu dans tous les sens. C'est un pêle-mêle de week-end: un temps où l'on essaie de prendre le temps...

 

 Nouvelles du poulailler: Hector n'est plus seul!

Samedi , c'était la vente des animaux de races rustiques à l'écomusée de La Bintinais. En une demie heure, iln'y avait plus grand chose; et c'est avec bonheur que deux oies normandes sont venu repeupler la basse-cour. Hector, ke jars esseulé qui passait sont temps à parler à son refler dans la carrosserie de la voiture, n'arrête pas de bavasser avec ses deux nouvelles congénères.

Vincent les observant ce matin , déclara: "Hector s'amuse avec sa femme et sa grand-femme"...

Récoltes:

Cette année, les prunelles sont exceptionnelles. Nous sommes dans la récolte pour la fabrication d'une petite liqueur maison, avec une vieille recette familiale.

Il ya de belles framboises, des mûres.

Encore quleques jours avant la campagne annuelle dde jus de pommes.

Dans l'ensemble, la production n'est pas parti pour être exceptionnelle cette année. Mais les fruits qui ont passé le cap des caprices de cette année sont 

 

Hildegarde de Bingen, docteur de l'Église

 

Voilà, c'est fait. Le 7 octobre, fête du Rosaire.

C'est donc l'occasion de vous laisser un reportage sur cette figure féminine exceptionnelle et hors norme du Moyen-Âge.

 

 

 

 

On reprendra le thème d'Hildegarde un peu plus tard, car c'est très riche.

Puisque la santé passe par l'assiette, voici en même temps quelques témognages sur cette initiative anglo-saxonne: incredible edible

 

Je vous laisse découvrir ce petit reportage, sur Mary et Tormorden.

J'aime bien...

Tout d'abord en anglais (pardon, marie-gab), très touchant d'humanité dans la personne de Mary.

J'ai aimé la remise en vie des coins urbains abandonnés ou en déserrence de vie. Cela m'a fait pensé aussi aux humains, les plus pauvres, les malades, les désolés, laissés pour cause, et à la "goutte d'eau dans l'océan" de Mère teresa; Ce qui serait vrai pour l'humain l'est aussi pour le végétal. A la différence près que l'attention à l'edible est aussi une attention à l'humain

 

 


 

L'arrachage du carré de fleurs si british relève de l'héroïsme pur pour une britannique.

Mary rappelle fort justement qu'avant de s'interroger sur le réchauffement de la planète et de tous les problèmes environnementaux, elle s'est inquiété de l'alimentation de ses voisins en humanité.

Il suffirait maintenant que ses graines soient des Kokopelli, par exemple, et qu'une réflexion aille plus avant sur la qualité biologique de ces récoltes, et la révolution enclenchée avancerait encore plus loin.

Suit ce petit film plus médiatique, sur les temps forts de la petite ville de Tormorden., the Harvest Festival.

 AVEC UN SOUS-TITRAGE EN FRANÇAIS


  Ce que j'ai trouvé intéressant: les applications éducatives. Mary signalait qu'en quarante ans, le savoir-faire et le rapport avec la nature "edible" avait été perdu. Les personnes n'avaient pour certains jamais observé de légumes pousser.

 

Si le sujet vous intéresse, voici le lien:

link

 

Il existe plusieurs villages en France; et des écoles ont fabriqués des bacs en bois pour en permettre le démarrage.

L'oeuf, et la poule: Chacun de vos oeufs compte

J'ai trouvé également intéressant l'encouragement pour tou sles habitants de Tormorden à avoir leur poulailler, et à vendre en direct, sur place.

Une vision économique réaliste: vendre les oeufs en surplus n'est pas une sourvce de revenus de substitution mais un moyen de conserver son poulailler.

Le site donne des conseils intéressants de bon sens. Avec quand mêm des choses étonnantes, comme le fait d en epas vendre des oeufs fécondés. 

La carte des producteurs locaux est intéressante: l'association est un réel soutien logistique pour les habitants.

 

Sur ce, la balade, comme le week-end, se termine. 

Bon dimanche et à bientôt,

erminig

 



Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 23:48

 

Et oui,  c'est reparti:    

Ce n'est pas la nouvelle année, non, c'est juste la rentrée.

Après autant de semaines de silence, ce sera un peu long.

Une pensée pour vous tous, pour nos amis , et pour tous les inconnus de passage sur ce blog.

C'est tellement bon de vous retrouver et de partager.

J'aime tant ces dernières heures d'été, ces journées, l'imperceptible modification de l'air, de la lumière, un petit fil de fraîcheur automnale se glisse entre les temps du jour...

Les pommes ne sont pas encore mûres, le dernier ciel d'été est sans nuage, mais la brièveté des jours rend l'avancée des nuits plus douce, avant les premiers froids.

Cette année, on glisse un oeil plus tendu sur les lignes du "mercure"... Tenir jusque mi-octobre, pour le chauffage: c'est peut-être parti pour être dur...Les premiers vols d'oiseaux migrateurs en direction du sud ont été aperçus en début de semaine. C'est très tôt.

On monte le bois, pour préparer une flambée "au cas où".

Et ces jours-ci, c'était encore l'effervescence: la rentrée... La course aux fournitures, l'odeur du papier, la magie des gommes blanches et des tout nouveaux cahiers, livres, crayons "à mâcher"...

mais maman, vous vous égarez! 

Ce n'est pas l'école de La République, de la craie et des encriers.

Maintenant c'est patafix, clé "hue-est-ce- bêé" (Pensez à "Shaun le mouton" et écoutééééééh )- et surtout pas de cahiéééééééh! yèh!

On a fui les grandes surfaces, les longs préparatifs, des semaines à l'avance. Avec beaucoup de satisfaction, notre petite équipe ne s'en est pas mal tirée. 

Alors voilà: deux jours, et ce fut bouclé!

Bon. Ne soyons pas trop gaillards: il manque encore quelques papiers et des bricoles par-ci, par-là: ces dernières années marquées par la maladie et les hôpitaux n'ont pas arrangé ma révolte chronique contre l'acharnement thé... non, administratif... mais bon, tout le monde s'en remet.

Les certificats médicaux sont finalisés. J'attends de pied ferme le prochain "vikände" pour entendre le fiston pensionnaire me demander au dernier moment, le samedi, à 18h55, tout ce qui lui manque pour la semaine suivante. Là, le train-train scolaire sera bien en place!!! Reste juste à connaître la réaction: resterai-je d'un calme olympien, d'une béate placitude, ou serai-je à nouveau prête à bouillir pour cette tracasserie hebdomadaire? 

On verra!

 

Passons donc en attendant aux nouvelles,

avec ce pêle-mêle de rentrée

 

Leucémie, nouvelles du front:

 

Dix-huitième et dernière ponction lombaire.

 

Il y a en avait tellement que l'on ne les comptait plus... ou presque, parce que cette fois-ci, Vincent ne s'y est pas trompé: pas question de ne pas la fêter. 

Le traitement de la Lal B en protocole fralle 2000 comprend un nombre de PL assez important.

Honnêtement, personne n'aime: ni les parents, ni les soignants, et encore moins les plus intéressés, les enfants. 

En fait la dernière, ce n'est pas tout à fait exact. 

Il en reste encore une, la "dèr-de-dèr", qui sera faite en même temps que le dernier myélogramme, à la fin de la chimio d'entretien, en avril prochain. Mais comme ce sera sous anesthésie générale "ça ne compte pas" disent les soignants. Ouaip. enfin, je voudrais bien les y voir...

On avance vers la guérison, que l'on espère un jour, totale.

Le matin de la prérentrée, j'ai reçu une douche froide: un parent, en regardant Vincent, déclare " enfin, au moins, vous avez gagné trois ans pour l'instant!"

Je ne suis pas tout à fait sûre qu'elle se soit rendu compte de ce qu'elle me sortait. Et c'est là que j'ai réalisé: oui, nous vivons au jour le jour, un jour après l'autre, mais chaque marche dans notre tête, ajoutée à toutes celles d'hier, c'est quand même bien un escalier. Alors les trois ans gagnés sont toujours engagés dans un espace plus grand, un espace infini. 

Nous ne nous aventurerons pas plus loin sur le chemin d'aujourd'hui.

Pour l'instant, Vincent est heureux et il va aussi bien que possible. Il a même renoué avec la joie de la piscine, chez des amis. un vrai bonheur pour lui.

 

Chronique du poulailler: les animaux sont liturgiques!

Non, franchement, avec nos poules, ce n'est jamais fini.

Vincent déclarait il y a quelques semaines: "la maison est devenu un vrai zoo".

Notre ménagerie, limitée pendant des décennies aux seuls poissons rouges, après l'introduction des gallinacées en avril 2011, a vu arriver cette année, après nos amies les oies, des compères félins , jusqu'alors formellement interdits de séjour .

Les soupirs des garçons n'y avaient rien fait.

Non, vraiment, ils se heurtaient à un mur d'incompréhension maternelle.
Des chats ok, mais qui, au final devra s'en occuper? niet , niet, et reniet.

 Le retour de leur soeur à la maison, ses deux félins dans les bagages, était un beau pied-de-nez à leur intraitable mère: les garçons étaient enchantés, séduits par la grâce de ces deux... coquines. 

Enfin, du moins, au début...

On me disait que c'était terrible la reproduction des souris.

C'était sans compter celle de leurs prédateurs...

Les deux chattes préférées de notre fille, (sales) bêtes câlines, cloîtrées jusqu'alors en appartement, jouèrent les mijorées timides, mouais, oies blanches sous peau de panthère.

Cela a marché...

Les premiers mois...

Passé le temps de l'acclimatation et des premières promenades, ces demoiselles ont goûté l'air de la campagne. Elles l'ont même dégusté. Et du cloître, ont fait le mur... 

Je vous fais grâce des nuits de miaulements ennamourés, envoûtées par les mâles polyphonies nocturnes. Et des batailles au clair de lune. Et des courses dans les jardins.

      Que c'est beau tout cela, la liberté, le cloître envolé , et la gamelle toujours bien pleine!

Mais un beau jour, les silhouettes trahirent un léger emballement que ne pouvait expliquer un poil mieux lustré...

Bref, la plus délurée devança Noël en nous offrant une portée de 4 chatons noirauds, en toute fin d'avent.

A peine étaient-ils casés et sevrés, qu'elle remit sa petite affaire le plus liturgiquement du monde pour le jour de Pâques. Et vlan, quatre noirauds.

Quant à sa commère, âgée de cinq ans ou presque, et toujours sans "enfant", tout le monde était persuadé qu'un certain vétérinaire avait dû lui faire sa petite affaire depuis belle lurette, ou que la machine était un peu détraquée.

Que nenni!

Et paf: voilà la Pentecôte qui arrive, et elle se surpasse! Une portée, et sept minets. Pensez-donc: toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. (l'un d'entre eux ne survécut pas).

Et comme si le zoo ne suffisait pas, il y eut encore en prime:

- la course aux puces, qui furent tout sauf savantes ,

- l'exténuation pour caser toute cette descendance (vive le marché et son coin aux chats. Avec 5 en vingt minutes, c'est le plus efficace. Qu'on s le dise!)

- la disparition suspecte de l'un de nos deux poissons rouges (non, nous n'avons pas retrouvé dans le salon les restes du malheureux: l'abondante gente féline s'est chargé sans doute d'un voyage ad patrem...)

Puis, le jour où la chatte, ayant sevré ses petits, fut emmenée dans un panier chez Monsieur Le Véto, pour lui régler sa petite affaire, c'est la poule qui a pris le relais.

La poule rousse, celle que l'on ne voyait plus, avait donc couvé avec soin et venait nous présenter sa toute nouvelle marmaille, cinq poussins jaunes et deux noirs, vigoureux petits "fillots" de notre défunt "DSK" (voir les articles précédents sur l'illustre coq Marans).
Enfin une bonne nouvelle! les naissances comblent les pertes de Madame Goupil.

La poule rousse se montre très bonne couveuse, et parfaite éducatrice, plus consciencieuse que les coucous de Marans.

C'est aussi pour nous un suci en moins: les couveuses, c'est beaucoup de travail supplémentaire. Ici, la poule fait tout le travail, et monte très vaillamment la garde: gare aux matous trop gourmands! elle leur fonce dessus à coups de bec, qui les font détaler bien vite. Pour l'instant, il n'y a pas de perte.

Conclusion: il ne faut plus parler de chat aux garçons. Même si Vincent serait bien tenté de garder le dernier petit noiraud tout mignon. Entre les litières, les gamelles et les chevilles dévorées par les puces, leur passion pour les félins a pris en traitement, il faut le reconnaître, de choc. Et l'exercice de vie pratique imposé par leur soeur (partie, elle, en vacances) les a conduit au pragmatime. D'autant que la deuxième coquine, n'étant pas encore passée pour une séance "couci-couic" commence pour la troisième fois à avoir un flanc arrondi...

 

Rentrée éthique: les nuits blanches

Fini le temps des "faiseurs d'anges"

Bonjour le temps des faiseurs d'enfants

 

Là c'est moins plaisant.

On a l'impression que le monde s'affole, partant en directions plus aberrrantes les unes que les autres.

Je ne vais pas m'appesantir aujourd'hui sur tout ce que nous serine les médias:

le mariage homosexuel, avec interdiction de clause de conscience pour les maires qui refuseraient ;

la conception pour autrui, avec ces cliniques indiennes, ces nouvelles femmes, mère porteuses par pauvreté, 

l'euthanasie, à leur demande, des mineurs en Belgique;

l'infanticide légalisé,à la demande des parents puisque s'il y avait eu diagnostic, un avortement thérapeutique aurait été pratiqué (devenu IMG, parce que l'on ne voit pas bien ce qu'il y a de tharépeutique dan sun avortement, si l'on s'en tient au sens de "soin").

Une nuit d'insomnie, je suis tombée par hasard sur des blogs et forums de discussion de femmes ayant recours à la PMA et/ou aux fivettes, bref, le parcours des couples stériles dans les mains des nouveaux dieux, les équipes de "faiseurs d'enfants".

Le parcours ordinaire d'une femme, d'un couple , en souffrance, et qui essaie à tout prix d'avoir un enfant, dans la répétitivité des témoignages, n'est qu'une cascade, un engrenage d'expériences, rodées, toutes plus scandaleuses les unes que les autres.

On y apprend que les femmes concevant de manière ordinaire sont des "dindes". Si l'on entend par-là la faculté de la dinde à couver n'importe quoi, du moment qu'on lui mette une couverture sur le dos. Génial... Mesdames, nous ne quittons pas le poulailler.

Donc, une femme qui, contre toute espérance, conçoit de manière naturelle "malgré" son parcours de PMA, rejoint le clan des dindes.

En début de parcours, on recommande aux couples soupçonnés d'infertilité, d'avoir recours au préservatif pendant trois mois . Histoire de ne pas mettre une grossesse en route.

Après la stimulation ovarienne, les précieux ovules sont fécondés.  Avec ou non le sperme de monsieur. C'est selon.

On sélectionne, féconde en allant directement dans le noyau, bref, toutes les "recettes" y passent.

Alors, certaines blogueuses vous parlent de leurs pingouins. Par exemple: "j'ai dix pingouins au frigo". Comprenez dix embryons.

Trois sont implantés.

Pas de bol: ils ont tous "pris".

Et c'est parti pour une réduction embryonnaire.

On en garde deux. En croisant les doigts pour que le "gygy" (comprenez 'gynéco') laissent "les meilleurs", "les bons", les "costauds", les "moins faiblards"...

et puis c'est le parcours des fausses-couches, l'effondrement des échecs enfilés les uns après les autres, l'épuisement des couples. 

Et parfois, un enfant, ou deux, au bout du parcours.

Une question cependant, oui, je l'ose: cet enfant, issu d'un parcours de souffrance, d'une éthique ordonnée à tout prix à la productivité d'un résultat, quelle sera sa vie, sa relation aux autres, mais surtout, quelle sera la relation de ses parents avec une recherche de l'enfant à tout prix, sans maladie, conçu, congelé, sélectionné, trié, choisi?

quelle attente parentale sera au-dessus de sa tête?

J'avous qu'à sa place, j'aurais un malin plaisir à déjouer cette attente parentale, à renvoyer un message du genre "vous m'avez voulu, et ben voilà ce que vous voulez". Et vlan. Je sais. L'assistante sociale et la psychologue sont devenues les deux mamelles de l'hôpital...

Les antiques spartiates triaient les plus faibles dès la naissance. La sélection fut impitoyable: seuls les êtres forts trouvaient grâce à leurs yeux. Résultat: une civilisation sans trace, sans écrivain, sans artiste, sans penseur.

(je ne dis pas que tous les artistes sont des maigrichons rachitiques à la naissance...je dis que les critètres de sélection des spartiates ont porté leurs fruits au combat, mais n'ont pas fondé une civilisation. Nuance).

 

Ici, on fait pire: on élimine tout ce qui ne serait pas parfait. Et l'on recherche tout ce qui pourrait améliorer le résultat.

J'oubliais, dans ce chapelet éthique de la rentrée: on a encore améliorer la chasse aux "trisos". Finie la vilaine amiocentèse, avec son risque de fausse-couche et surtout les faux positifs qui , en amont, poussaient son indication. La France est géniale: 96% des cas de trisomie sont détectés. Quelle performance! Vous lisez bien: on a encore 5% d'échec... On va guérir la maladie: on élimine tous les malades... Un nouveau test sanguin, pas cher, testé déjà par chez nous, va être généralisé. Et youpiiii: il peut être fait avant le seuil fatidiques des douze semaines (comprenez d'aménorrhée...) Comment? Vous ne voyez pas? Il n'y aura plus besoin de stresser pour des avortements tardifs, doulourux et dangereux. On va juste se contenter d'une IVG. Ni vu, ni connu, c'est dans les délais, et donc beaucoup moins compliqué.

Il y a encore ce dernier scandale: cette femme, enceinte de jumelles. Là non plus, pas de bol: elle voulait des garçons. Ce n'était pas un parcours de Pma. Mais elle a avorté. A cinq mois et demi.

On vit une époque FOR-MI-DA-BLE.

Avec un retour à la barbarie ordinaire accélérée, organisée, institutionalisée.

 

Where is the problem?

Alors je vous renvoie sur le net, sur le témoignage de cette jeune femme , décédée d'une leucémie secondaire, déclarée pendant sa deuxième grossesse, et dont la jeune soeur a tenu un blog pour s'aider à faire face au deuil:

 

La vie mérite d'être vécue.

On ne sait pas tout.

On ne sait pas pourquoi. Ça, cela nous dépasse.


link

 

En attendant de vos nouvelles, 

à bientôt tous!

kenavo,

erminig

 


 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 09:28

 

Considérations extérieures: en toute circonstances, la vie continue...

D'abord, il y a la pluie...et Saint Barnabé n'a rien coupé cette année à son compère Saint Médard: nous sommes condamnés à des averses de juin, diluviennes, sous un soleil hésitant et caché, dont on n'espère à peine qu'il revienne quand il l'aura décidé.

 

Bref, on passe notre temps à se faire tremper dès que l'on pointe le nez dehors, ou bien n'est-ce que les rares temps de sortie tombent toujours sous la pluie!

 

Le potager souffre de retard, l'herbe ne peut être coupée comme d'habitude, mais les fleurs cette année, sont absolument magnifiques, en particulier les rosiers...

Point d'arrosage, c'est peut-être toujours cela de gagné.

Que vous faire partager?

La chasse aux renards:

Sire Goupil et sa comparse se sont montrés particulièrement redoutables cette année.

le répit depuis l'intervention de la fédération de chasse a été de courte durée.

Nous avons donc renforcé le cheptel du poulailler, les deux pauvres marans ne nous donnant pas suffisamment d'oeufs quotidiens pour notre propre nichée: trois nouvelles poules rousses sont arrivées, passées d'un élevage concentrationnaire à un parcours d'herbe bien fraîche. Elles gambadent... Gare!

Les quatre poussins de printemps prennent, jour aprés jour, l'aspect de jeunes poulettes, qui commenceront à pondre quand les nouvelles rousses prendront leurs quartiers d'automne. en attendant, la cohabitation n'est pas toujours très pacifique avec les nouvelles venues qui leur courent après. Il n'y a pas de société égalitaire dans le règne animal.

Les poules ne veulent plus dormir dans le poulailler depuis la dernière attaque, où, après dsk et l'oie normande, deux belles coucou y laissèrent peau et plumes.

Tout les affole: il suffit que l'un des chats se mette à l'entrée pour qu'il y est une panique totale chez les gallinacées. Tout  le monde file en hurlant, battant des ailes et s'affolant dans tous les sens. Leur nouveau perchoir? Les manches des outils de jardin rangés sous la terrasse, presque à la verticale. Je n'ai pas de photo, mais imaginez quand même de l'aspect de l'assemblée!!!

Installer la clôture électrique ne changera pas grand-chose au problème, et courir après les poules, j'avoue y avoir renoncer.

 

Qui a une idée? ou un peu d'expérience dans le domaine?

 

 Inauguration du monument dédié au Comte de Chambord, à Auray, vendredi dernier, sous la présidence de Monseigneur Centène et... sous  celle de la pluie:

Sur le lien officiel du Comte de Chambord, on y voit un monument assombri par les attaques du temps, et un jardin inexistant. 

Tout a été rénové, et l'aspect en est maintenant beaucoup plus digne. Les grilles ont été restaurées. Il reste encore les pans de murs effondrés tout autour. Plusieurs associations ont fait appel aux dons pour mener à terme cette restauration.

A cause des élections sans doute, il n'y a pas encore de lien avec photos sur le net concernant l'événement de vendredi dernier. Les vêpres étaient ensuite chantées à la basilique, suivie de la Messe présidée par Monseigneur Centène.

link

 

Quant à la leucémie, le traitement suit son cours

 

Les médecins sont assez contents des résultats de la chimio d'entretien.

Vincent souffre toutefois de prurit après certains médicaments, mais il semblerait que les premières attaques de moustique lui soient encore plus insupportables!

 

La bouderie du temps, avec des températures vraiment très basses, nous obloge à la plus grande vigilance: nombre d'enfants "toussent et crachouillent". Espérons qu'il passera au travers de tous ces virus et infections infantiles grouillantes.

Il vous salue tous et espère de vos nouvelles.

 

au prochain article, 

erminig

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de le-pele-mele-d-erminig.over-blog.com
  • : Pages de tous les jours pendant le séjour à l'hôpital en oncologie pédiatrique, sur les bords de Loire. Pêle-mêle de la vie quotidienne. descriptions relatives à la pédagogie Montessori. Ethique/bioéthique; catholique; anthropologie chrétienne; agriculture biologique / la pomme; broderie/ smocks; petits bricolages, à caractère fortement... pédagogiques; comptes-rendus de lecture; bons plans divers pour mères surmenées; échanges sur l'enfant et la maladie (cardiopathie congénitale et leucémie).
  • Contact

Recherche

Archives